Biennale 2018 et les artistes sénégalais.

biennale Dakar OuiCarry

La biennale ou Dak’art est un festival qui se tiendra à Dakar et abritera cette année 75 artistes venant de 33 pays du monde dont cinq sénégalais. A rappeler que la biennale, est un festival qui se tient chaque deux ans et cela depuis 1990. Instituée par l’Etat du Sénégal  en 1989, sa première édition était dédiée à la littérature. Pour sa 13ème édition, la biennale de Dakar sera intitulée « une nouvelle humanité » avec cinq commissaires internationaux. Du 03 Mai au 02 Juin 2018, cette biennale empruntera l’expression « l’heure rouge », extrait de la pièce de théâtre « et les chiens se taisent » de l’écrivain et l’un des pères de la négritude Aimé Césaire.

La biennale 2018 : Félicité Codjo

De père togolais et de mère sénégalaise, Félicité vit actuellement à Dakar. Artiste plasticienne sensible, troublante et engagée, son désir d’expression, d’écriture, elle l’a initié dans la fréquentation d’ateliers d’artistes où elle a appris comment traduire sa pensée, ses envies, peut-être ses fantasmes, à travers la couleur et les formes. Son travail, sa spontanéité la font rapidement évoluer de la figuration à une forme d’abstraction très personnelle, pleine de ratures, de hachures, de projections où les corps et la lumière s’emmêlent, se complètent. La découverte de l’arthérapie lui ouvre de nouveaux horizons, d’autres questionnements où elle se retrouve totalement. La peinture prend une autre dimension – la création devient remède. Présente à la biennale 2018, elle fera rédécouvrir son talent d’artiste plasticienne.

La biennale 2018: Ibrahima Kébé

Ibrahima KEBE Né à Kaolack en 1955, l’artiste sénégalais Ibrahima KEBE est un des artistes les plus connus de sa génération. Son œuvre couvre plus de trois décennies de pratique. Il a étudié les beaux-arts à l’Ecoles des Beaux-arts de Dakar de 1976 à 1979. Son travail a été largement exposé en groupe et en solo entre autre à la Schedhalle à Zurich en Suisse, au Musée du Palais des Beaux-Arts de Charleroi en Belgique, à la Biennale de Dakar ainsi qu’à la Galerie Nationale de Dakar. En dehors de son activité en atelier, KEBE a également travaillé comme éducateur artistique pour plusieurs institutions autant au Sénégal qu’à l’étranger. Ses œuvres se trouvent dans nombre de collections privées ainsi que la collection nationale de l’Etat du Sénégal.

La biennale 2018: Cheikh Ndiaye

biennale Cheikh Ndiaye

Né en 1970, Cheikh N’diaye est diplômé de l’École Nationale des Arts de Dakar et de l’École Supérieure des Beaux-arts de Lyon, il vit entre New-York, Dakar et Lyon. Son travail artistique (peintures, photographies et installations) reste guidé par les mythes, les contes et légendes, et la manière dont ils influencent les codes sociaux. Il s’intéresse particulièrement aux domaines de l’architecture, du design et de l’urbanisme.

La biennale 2018: Alioune Badara Sarr

biennale alioune badara sarr

Né en 1983 à Diofior, un petit village au centre du Sénégal, Alioune Badara Sarr débute des études artistiques à l’École Nationale des Arts de Dakar d’où il sort diplômé en 2010. Après avoir participé à plusieurs expositions notamment en off de la Biennale des Arts Africains Contemporains à Dakar en 2014, il décide de poursuivre ses études en master et intègre l’École Européenne des Beaux-arts de Brest et obtient le DNSEP avec mention en 2017.À travers sa vie, il ne cesse d’éprouver une forme de nomadisme culturel. La notion d’interprétation est inhérente à l’histoire de chacun et à travers la peinture il interprète son idée du monde ; son idée du monde construite entre deux rives de l’Atlantique. Ses œuvres sont le reflet de son identité désormais croisée et témoignent de cette tension ressentie entre ancrage et déracinement. Il s’interroge donc sur le statut de l’étranger, du migrant et pose la question de l’altérité. L’histoire intime tutoie l’Histoire. Il croise dans ses œuvres ses expériences individuelles et les mouvements du monde. Le parcours personnel, la quête identitaire et les fêlures de l’être se conjuguent à la création.

La biennale 2018: Amadou Kane Sy

biennale kansy

Né au Sénégal en 1961, Amadou Kane Sy alias Kan SI est diplômé de l’Ecole Nationale des Arts de Dakar en 1991. Artiste multidimensionnel qui s’exprime à travers la peinture, la gravure, l’installation, la photographie, la poésie et la vidéo. Il a été dans le comité, directeur de plusieurs associations  et a été président et membre fondateur de «  Man-kenen-ki », une association d’artistes qui œuvre pour la sauvegarde des enfants de la rue à Dakar. Il est membre fondateur et coordinateur du collectif d’artistes « Huit Facettes-Interaction » avec lequel il a participé à Documenta 11 en 2002. Kan-si a aussi bien organisé que participé à plusieurs résidences d’artistes et symposiums à travers le monde. En collaboration avec l’artiste africaine-américaine Muhsana Ali qui en a été l’initiatrice, il coordonne avec elle les activités de l’organisation « Portes et Passages », un projet qui vise à mettre en place un centre holistique d’Art en Zone rurale au Sénégal. Il vit et travaille à Dakar, à Gorée et à Joal.

Promouvoir l’art contemporain africain dans toute sa diversité, voilà sans doute un rendez-vous à ne pas manquer pour les acteurs de la culture africaine lors cette biennale.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *